Tuesday, 7 October 2014

Arc de Triomphe?




On vient de finir le montage d'une exposition collective, Du vivant dans la collection, à Arc..., Lens-Liévin. Notre projet Dreams of leaving (voir ici, ici et ici!)y apparaît, ainsi que des oeuvres de Hans-Peter Feldman, Jermey Deller, François Hers, David Leleu and Remi Guerrin. Du 3 au 25 octobre. Remerciements au FRAC (Nord-Pas de Calais) et à Jimmy d'Arc en Ciel.


We've just finished the installation for our group exhibition, Du vivant dans la collection, at Arc..., Lens-Liévin. Our project Dreams of leaving (see here, here and here)appears alongside works from Hans-Peter Feldman, Jermey Deller, François Hers, David Leleu and Remi Guerrin. The exhibtion runs from 3rd-25th October. Many thanks to the FRAC (Nord-Pas de Calais) and to Jimmy at Arc en Ciel.


Monday, 6 October 2014

Bizarre love triangles



We've just returned from three months in Kosice, Slovakia. (A summer of rain, plastic cheese and cheap beer... yin-yang). As well as our ephemeral works for White Night (see below), we've left behind a public artwork on the former brewery (where else) at the entrance to the city. Created using the words of 120 Kosice residents, Kaskáda uses the town's famous coat of arms (the oldest in the Europe) to explore place, identity and the symbols used to represent them. We also produced a limited edition screenprint  (10 signed, 15 unsigned) featuring the full Kaskáda text. Full Kaskáda site here. 



On vient de retourner de trois mois à Kosice en Slovaquie. (Un été de pluie, fromage-caoutchouc et bière pas cher... yin-yang). En plus des oeuvres éphémères que nous avons créées pour Nuit Blanche (voir ci-dessous), nous avons laissé une oeuvre "éternelle" (haha) sur la façade de l'ancienne brasserie qui se trouve à l'entrée de la ville. Créé avec les mots de 120 habitants de Kosice, Kaskáda prend la célèbre armoirie de la ville (la plus ancienne en Europe) pour explorer les idées de lieu, identité et les symboles utilisées pour les représenter. Il y aussi une sérigraphie en série limitée (10 signées, 15 non-signées) avec le texte intégral. Site Kaskáda ici.

Sunday, 5 October 2014

Nights in white cubes pt2



For the White Nights festival 2014 we joined forces with the brilliant Lisa Premke to create Thick Skin, a multimedia installation in Kulturpart, Kosice, Slovakia. Made from 2173 linden seed pods, a 'kinetic sound plinth' and elements from Blind Lemon Jefferson's I want to be like Jesus in my heart, the installation is a meditation on history, death, detachment and our action/inaction in the face of human suffering. The linden tree symbolises justice and the sacred in many central/eastern European countries; it also features on the Slovakian national seal. 2173 is the number of fatalities (2104 Palestinian, 69 Israeli) reported by the UN in the Palestine-Israel conflict which took place while we were in Kosice. Palestine, Ukraine, Lunik 9: the question is, at what point will we take responsibility for the way our world actually is? The lyrics of I want to be like Jesus... are below. 




Pour les Nuits Blanches 2014 nous nous sommes unis avec la magnifique Lisa Premke pour créer Thick Skin, installation multimedia à Kulturpark, Kosice, Slovakia. Comprenant 2173 graines de tilleul, un 'socle sonore cinétique' et des éléments de I want to be like Jesus in my heart de Blind Lemon Jefferson, l'installation est une méditation sur l'histoire, la mort, la déconnexion et notre action/inaction face à la souffrance humaine. Dans l'Europe centrale et orientale le tilleul symbolise la justice ainsi que le sacré; il figure sur le sceau national slovaque. Selon l'ONU, 2173 est le nombre de décès (2104 Palestinian, 69 Israeli) dans le conflit Palestine-Israel - cette guerre a eu lieu pendant nos trois mois à Kosice. Palestine, Ukraine, Lunik 9 - la question se pose: à quel moment (distance?) allons nous accepter notre responsabilité pour l'état de notre monde? Les paroles de I want to be like Jesus... se trouvent ci-dessous. 




I want to be like Jesus in my heart, 1925, Blind Lemon Jefferson 
Lord, I don't want to be like Judas in my heart, in my heart. / Lord, I don't want to be like Judas in my heart. / In my heart, in my. / In my heart, in my heart. / Lord, I don't want to be like Judas in my heart.
I want to cross the river of Jordan in my heart, in my heart. / Want to cross the river of Jordan in my heart. / In my heart, in my heart. / In my heart, in my heart. / I want to cross the river of Jordan in my heart.
Lord, I don't want to be no liar in my heart, in my heart. / Lord, I don't want to be no liar in my heart. / In my heart, in my heart. / In my heart, in my heart. / Lord, I don't want to be no liar in my heart. 
Yes, I want to be like Jesus in my heart, in my heart. / Yes, I want to be like Jesus in my heart. In my heart, in my. / In my heart, in my heart. / Yes, I want to be like Jesus in my heart.
Lord, I want to love my neighbour in my heart, in my heart. / Lord, I want to love my neighbour in my heart. / In my heart, in my. / In my heart, in my heart. / Lord, I want to love my neighbour in my heart. 

Nights in white cubes pt1




For the White Nights festival 2014 we created Pohodlnà Stagnàcia / Comfortable Stagnation - a projection and installation in the abandoned barracks in Bastova, Kosice, Slovakia. Using images taken during our three months in Kosice, a distorted 'Another day in Paradise' recorded at the town's ever-popular Singing Fountain and the beautiful bricks recovered from the barracks and now being used to convert it into luxury appartments 'Pohodlnà Stagnàcia' examines history and change, and is an echo of our text-based work Kaskáda.



Pour les Nuits Blanches 2014 nous avons présenté Pohodlnà Stagnàcia / stagnation confortable - une installation/projection dans la caserne désaffectée de Bastova, Kosice, Slovakia. Se servant d'images prises durant nos trois mois à Kosice, un 'Another day in Paradise' déformé (enregistré à la fameuse Fontaine Chantante de Kosice) et les belles briques récupérées à la caserne et maintenant utilisées pour la convertir en appartements de luxe, 'Pohodlnà Stagnàcia' examine l'histoire et le renouveau, et donne un écho à notre oeuvre à base de texte Kaskáda.




Thursday, 21 August 2014

Opening ours



Ďakujem vám všetkým, ktorí prišli na KAIR Open Studios včera v noci. Vaše príspevky budú súčasťou Kaskada, ktoré budú prezentované na Biela Noc, 4 októbra.

A quick thank-you to everyone who came along to the KAIR Open Studios last night. Your contributions will appear as part of Kaskada on White Night, October 4th.

Thursday, 8 May 2014

To sleep...






Après huit semaines remplies de belles rencontres et de beau travail notre résidence-mission dans le Bassin Minier - et notre projet particiaptif Dreams of Leaving - touchent à leur fin. Pour voir la collection intégrale de rêves, et des images des installations éphémères (au Louvre-Lens, Harnes, Liévin, Sallaumines et Grenay) veuillez visiter dreams-of-leaving.blogspot.com. Ici vous trouverez quelques images de notre expo à la Maison de la Mémoire ainsi qu'un petit texte explicatif du projet. Sweet dreams!

After eight intense weeks of hard work and happy encounters, our 'résidence-mission' in the Bassin-Minier (France's former coal-mining heartland near Lille) has come to an end. With just under 100 participants from the four associated towns we produced
Dreams of Leaving - a participatory artwork of many heads and bodies. To see the full collection of 'sleeping-dreams' and the ephemeral installations in the woods at the Louvre-Lens, Harnes, Liévin, Sallaumines and Grenay) please see  dreams-of-leaving.blogspot.com. On this page you'll find some images of the resulting exhibition at the Maison de la Mémoire. The two preceding posts also contain work from Dreams of Leaving... Sweet dreams!


Quelques mots sur le projet: Collection de ‘rêves endormis’ (photographies, installation, ‘évasions’/happenings, oeuvre textuelle en serie limitée, site internet et cinq installations éphémères) pour le projet ‘Collection’ de la DRAC Nord/Pas-de-Calais, le Louvre-Lens et les villes de Liévin, Sallaumines, Harnes et Grenay. Désirant créer à la fois une collection impossible et un portrait paradoxale du Bassin Minier et de ses habitants, nous avons travaillé avec une douzaine de groupes (du PMI  et CCAS au foyer pour personnes agées) dans les quatre villes associées pour rassembler et incarner leurs rêves et leurs cauchemars. Cette collection a donné suite à cinq installations éphémères: des fragments de rêves ont été inscrits dans la feuille d’or et posé sur l’écorce des arbres dans cinq bois (chez les quatre villes partneraires et au Louvre-Lens). Les rêves ont aussi été “lachés” dans les ‘évasions’/happenings (voir aussi 'The great escape'), ils figuraient sur les oeuvres/affiches exposées à travers la ville de Liévin (voir 'Poster post') et ils étaient la matière première des oeuvres montrées dans l’exposition ‘Collection’: où toutes les oeuvres et tous les participants étaient réunis.







Images (de haut en bas, top to bottom): Vol; Vol; Expérience Extra-Corporelle; Expérience Extra-Corporelle; Expérience Extra-Corporelle; Evasions #1-3 (en-haut) et Le Trou Noir; Envolées #1-5; Envolée #3, Liévin; Leaving, returning... (auto-)portrait d'un collectioneur (en-haut) et Expérience Extra-Corporelle.

Wednesday, 7 May 2014

The great escape





Pour notre projet Dreams of Leaving (voir 'To sleep...' et dreams-of-leaving.blogspot.com) nous avons "laché" trois rêves cueillis dans des ateliers avec des habitants du Bassin Minier. Les trois parcours de ces "évasions" figuraient sur une oeuvre exposée à l'expo Collection à la Maison de la Mémoire (images ci-dessus). Pour infos sur la police utilisée voir dreams-of-leaving.blogspot.com.

For our project 
Dreams of Leaving (see 'To sleep...' and dreams-of-leaving.blogspot.com) we released three of the dreams gathered in our workshops with the inhabitants of the Bassin Minier (France's former coal-mining heartland). The three trajectories of thes "evasions" formed the basis of an artwork shown in the Collection exhibition at the Maison de la Mémoire (images above). For info on the font used please see dreams-of-leaving.blogspot.com.



Evasion #1   10h15, 21 avril, 2014. Le rêve “je m’éloigne. je m’éloigne. je n’arrive pas a remonter”, attaché à un bout de bois de cerisier cueilli sur le site de l’ancien puits 21 à Harnes, est lâché dans la Souchez au Bois de Carieul. 
Bois de Carieul - Bois des Bruyères - Liévin - Lens/Rocade Minière Sud - Canal de Lens - Harnes - Courrières - la Deûle - Lille - la Plaine de la Lys - Belgique - Gand - la mer


Evasion #3   14h44, 24 avril, 2014. Le rêve “le trou noir, toujours le trou noir”, attaché à un morceau de charbon trouvé au sommet du terril du 97 de Méricourt, est laissé dans le train TER de la Ligne 23 Lens-Don-Sainghin-Lille. 
Lens - Sallaumines - Loison-sous-Lens - Pont-à-Vendin - Meurchin - Bauvin-Provin - Don-Sainghin - La Fontaine - Wavrin - Santes - Habourdin - Loos-les-Lille - Lille CHR - Lille Porte-de-Douai - Lille-Flandres



Evasion #2   12h10, 23 avril, 2014. Le rêve “cette grande piscine bleue; je nage toujours; même sans eau”, placé dans une enveloppe en papier-recylé et affranchie avec un timbre vert, est déposé au bureau de poste de Grenay.
La Poste de Grenay - Plateforme Industrielle du Courrier du Nord à Lesquin - Plateforme de Distribution de Paris 8ème, rue de la Boétie, Paris - M. François Hollande, président de la république, Palais de l’Elysée, 55, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris

Tuesday, 6 May 2014

Poster post


Pour fêter la conclusion de notre projet Dreams of Leaving (voir 'To sleep...' plus haut sur le blog) nous avons laché quatre fragments de rêves - et nos pigeons adorés - sur la ville de Liévin. Les voici...

To celebrate the end of Dreams of Leaving (see 'To sleep...' higher up on this blog) we released four dream fragments - and our beloved pigeons - across the town of Liévin. Here they are...





Thursday, 13 February 2014

The great bar



Notre expo Love Thy Neighbour (Barre/Bar) est installée chez nos amis Bar Manolo au Panier à Marseille. Vernissage vendredi 14 février, expo jusqu'au début mai - passez si vous êtes dans les parages.

Friday, 31 January 2014

The most fortunate...




Some pics of our latest ephemeral work, Felicísima, created on Streedagh Beach (County Sligo, Ireland) after the worst storms to hit the Atlantic coast in decades. On this beach in 1588 three Spanish ships attempting to return home after the failed Armada invasion sank in a freak storm. Of the 1,300 men on these boats 1,000 drowned while the majority of those who reached the shore were killed by English soldiers. Felicísima was made from kelp and stones gathered on the beach. The Armada sailed in a crescent formation seven miles wide. The trident (formed here by seawater channels) is the symbol of Poseidon while the circle represents time, sanctuary, ellipsis and end. The entire work was covered by sand and washed away by the tides.
Huge thanks to Ian, John-Mark, Borja (also for the men-at-work pic) and Hedda for all their help with the install, to seaweed genius Prannie Ratigan and Armada expert Eddie O'Gorman for their encouragement, and most of all to Cíara for planting the seeds that made the work.


En juin 1588 la ‘grande y felicísima armada’ quitta l’Espagne pour l’Angleterre. Une flotte de 130 bateaux et de 30,000 hommes se dirigea vers la manche; sa formation de combat fut un croissant large de 11 kilometres; son objectif: envahir l’Angleterre. Trois mois plus tard, harcelée par les attaques de Francis Drake et contrariée par les orages inattendus, l’armada tentait de retourner en Espagne lorsque trois de ses navires échouèrent sur la plage de Streedagh sur la côte atlantique de l’irlande. Des 1,300 hommes sur ces bateaux 1000 se noyèrent et la plupart des survivants fut massacrée par les soldats anglais. Felicísima, faite d’algue et de galets, evoque les trois épaves qui se trouvent toujours au large et leur équipages perdus: les sentiers en eau sont la fuite vers la terre ferme et le trident de Poséidon; les murailles – sanctuaires et tombes, points de suspension et points finals – représentent le cercle du temps brisé par la mort; et le croissant, la formation de la ‘très heureuse armada’, ainsi que la lune et ses marés, forces naturelles qui ont effacées cette oeuvre dans quelques jours.