Wednesday, 5 December 2018

A fair COP?


Should you be lost in Silesia (...) and looking for a break from climate-change deniers check out Inside I'm On Fire (after Mosset and Sauvage) in the Cool Down expo at COP24, Katowice, Poland. After an interesting week trying to find five tonnes of salt - not to mention pronounce the Polish word for 'tar' - we could finally sit back and enjoy an exhibition that brings together 14 fantastic international artists (and us) for a journey through what the curators call 'Slow art' (surely not the first, or last, time we'll be called 'slow'). Huge thanks to Marie, David and the Subliminal Loops crew for making it happen; to the Belgian ambassador for being so brilliantly Belgian; and to the French ambassador for kneeling before the greatness of gethan&myles (see last image) ... Finally, the respect we crave.



Sunday, 2 December 2018

Back from the dead

Quick updates on Lazare / The Space Between How Things Are And How We Want Them To Be... With the exhibition ended, we spent last month returning all the jewellery to their former-owners. The Mucem has since purchased the work (minus gold) and research for its archive/permanent collection. Elsewhere, our preparatory cyanotypes are selling like hot cak patisseries at Double V Gallery, Marseille (and a third of our fee is going to the people who lost/regained their gold). The Mécènes du Sud have given us a generous grant to make an art-book (documenting the project - plus lots more besides - and allowing the ephemeral work to live, and travel, on). We even got an extra bonus, winning their Prix des Lauréats 2018. Mmmm, money.

Friday, 21 September 2018

MAC do


After its crazy summer in London, icare... returns to Marseille. See it at the Musée d'Art Contemporain until 24 February. And don't miss the opening bash at the MAC this Tuesday.
Après son été londonien, icare... retourne à Marseille. (Re)Trouvez le au Musée d'Art Contemporain jusqu'au 24 février. Et ne ratez pas l'ouverture ce mardi au MAC.

Saturday, 7 July 2018

Heliophilia


Pour leur exposition de l'été on est retournées chez les Bunans (voir Aevum pour notre première virée chez eux) ou on voulait ramener le solstice d'été dans leur salle des foudres pour créer Heliostasis, installation d'images a la fois rêvasseur et témoin d'un lieu et un instant très précis et spécifique. Un grand merci a Françoise, Paul, Jean-Pierre et tout l'équipe pour leur accueil et leur soutien!

Friday, 8 June 2018

Light work


Un grand merci à tous ceux qui sont venu à notre atelier pour découvrir nos Jeux de Lumière - expériences, essais, bêtises et merveilles liés à notre fascination pour la lumière et tout ce qu’elle peut (nous) faire. Parmi les oeuvres déjà exposées (Conservation et Icare) il y avait deux pièces en phase “Why not?” Inspiration / Nothing is Not There (ci-dessus) et Black Mirror (ci-dessous)... Merci à tous pour l’énergie et les retours fort intéressants. It was fun. Tiring. But fun.




Tuesday, 17 April 2018

Gold fever


Over a year in the making, and with the amazing support of the Mucem and the Crédit municipal, our large-scale collaborative work Lazare / The Space Between How Things Are And How We Want Them To Be will finally be unveiled next Tuesday at the Mucem, Marseille. Part of their block-busting gold exhibition Or, it will be on show until the 10th September. Get there before the burglars do! Update: for the francophones, a nice article on Lazare… in Le Figaro here.

Fruit de plus d'un an de travail, et créé avec le soutien du Mucem and du Crédit municipal, notre oeuvre Lazare / The Space Between How Things Are And How We Want Them To Be sera finalement dévoilée ce mardi au Mucem, Marseille. Lazare sera visible dans leur exposition Or, jusqu'au 10 septembre. Profitez maintenant avant que la mafia Marseillaise s'y intéressent trop! (Lire l'article sur Lazare... dans Le Figaro.)




Friday, 22 September 2017

Flower power


Florilège; Cairn/Musée Promenade, Digne, France. “Pire que les chasseurs? Les écolos de la ville. Ils veulent une nature ‘vierge’, sans comprendre que l’homme a toujours été présent dans cet écosystème…” L’éclat de plexi est artificiel. Man-made. Le parc du Musée Promenade aussi. Avec l’eau pétrifiante de la source – et le temps – le man-made deviendra pierre… Notre projet collectif Conservation s’intéresse aux traces, et aux transistions. Nous organisions des balades ‘marcheur-cueilleur’ dans des endroits ‘délaissés’ ou la vraie trace de l’homme n’est pas en  briques – sur la terre – mais dans la terre. Ensemble, nous cueillions des fruits qui continuent de pousser, longtemps après le passage de ceux qui avaient planté ou greffé les arbres. Ensemble, nous les conservions – en confitures, gelées, chutneys, infusions et eaux de vie. Sur le chemin nous récoltions des histoires chez une centaine de nos co-récolteurs / co-créateurs. Ces souvenirs racontent les plantes – fruits, fleurs, arbres, épices – qui ont laissé leurs racines dans l’esprit de chaque participant. Ils racontent Digne. Et sa terre... Le mot ‘florilège’ est un calque du grec ancien ‘anthologia’ (recueil de poèmes), dérivé de ‘ánthos’ (fleur) et ‘legein’ (cueillir). Pour connaître les histoires – et les gens – derrière ces plantes, voir l’oeuvre Anthologie au Musée Gassendi jusqu'au 5 novembre, ou allez ici.



 Florilège (element within large-scale participatory project); Cairn/Musée Promenade, Digne, France. “Worse than the hunters? The 'town-ecologists. They want a ‘virgin’ nature, without understanding that man has always been present in this ecosystem…” The shard of perspex is artificial. Man-made. The gardens of the Musée Promenade are too. With the calcite-rich petrifying waters of the spring – and with time – man-made will become stone… Our collaborative project Conservation is interested in growth and change, in traces and transitions. We organised group ‘walker-gatherer’ trips to abandoned sites where the true trace man leaves behind is not in the bricks – on the earth – but in the earth. Together, we harvested the fruits which continue to grow, long after the passing of those who planted them. Together, we preserved them – in jams, jellies, chutneys, eaux de vie, conserves. Along the way we also gathered anecdotes and memories among our 120 co-harvesters / co-createurs. These stories recount the plants – fruits, flowers, trees, spices – which have left their mark, their roots, in the memory of each participant. They are a portrait of Digne. And its land... The word ‘florilège’ is a calque of the ancient Greek ‘anthologia’ (collection of poems), derived from ‘ánthos’ (flower) and ‘legein’ (collect/gather). To know the stories – and the people – behind these plants, see the work Anthologie at the Musée Gassendi until 5 November, or go here.



Thursday, 21 September 2017

The art of 'Conservation'


Conservation: de la nature, du patrimoine, d’une identité... L’homme - le grand destructeur - a, paradoxalement, longtemps cherché à protéger et à préserver. Status quo! Solidité des choses! Cette volonté de maintenir les éléments dans un état constant nous fascine. Peur? Hubris? Bonté? Certes il est important de sauvegarder, mais comment résister au mouvement, à la mutabilité des choses? Le fleuve coule. Le temps passe. Naissance, trépas. Naissance, trépas... And so it goes. Et pourtant l’homme s’obstine devant l’énormité du temps: c’est bête, fou, et beau. Conservation est une oeuvre participative construite avec le CAIRN, le Musée Promenade, les jardiniers solidaires de A Fleur de Pierre, le centre de réfugiés de Champtercier et 120 habitants de Digne. Conservation est une oeuvre participative construite avec l’eau, le soleil, la terre, le temps et la parole des Dignois. Projet à plusieurs volets – Alchemies/Jam Tomorrow, Anthologie, Balades marcheur-cueilleur, Cnut’s Causeway / Famine wall #5 (ici), Florilège (ici), Inflorescence, The World Changes (the world stays the same) – il s’inspire de cette ville ‘entre-deux’ et de ses habitants (nouveaux et de longue date), pour parler de frontières et de mouvements: entre ‘ici’ et ‘là-bas’; ville et nature; nature et homme; objet et émotion; végétal et minéral; passé et avenir. Merci à Giulia, Laurie, Jean-Paul, Christel, Lucie, Diana, la ville de Digne, Fruits d’Avenir, Liliane, Jean-Paul, Raphaël, Khadija, Guy, Thierry, Charles, et à Nadine. Aussi à Chantal: notre guide des sommets et des terres. Et à tous nos co-créateurs… impossible without you.Conservation, 2016 –17, sera exposé au Musée Gassendi, Digne (France), jusqu’au 5 novembre et en ligne ici jusqu’à la fin du temps (humain). Voir une vidéo sur le projet ici (merci Agathe).



Large-scale participatory project (one year, over one hundred participants; exhibition, in-situ sculpture, ephemeral installation, walking workshops).
Conservation: of nature, of heritage, of identity... Paradoxically, man - 'the great destroyer' - has long sought to protect and preserve. This desire to maintain the element in a state of constancy fascinates us. Fear? Hubris? Human kindness? Naturally, it's important to safeguard, but how to resist movement, the mutability of the world? The river flows on (calmly or otherwise). Time passes. Birth, death. Birth, death. Birth... And so it goes. Yet, faced with the enormity of time, we dig our heels in and push against the tide: foolishly, madly, beautifully. Conservation is a participatory work created with the CAIRN, Musée Promenade, Musée Gassendi, the community garden organisation A Fleur de Pierre, the Champtercier Refugee Centre and 120 inhabitants of the city of Digne, France. Conservation is a participatory work created with water, sunlight, earth, time and the voice(s) of the people. Taking over a year to make and giving rise to multiple works – Alchemies/Jam Tomorrow, Anthologie, Balades marcheur-cueilleur, Cnut’s Causeway / Famine wall #5 (here), Florilège (here), Inflorescence, The World Changes (the world stays the same) – it takes its inspiration from this town ‘entre-deux’ ('between') and its inhabitants (both new and longterm), to raise question of transitions and traces, of frontiers and movements: between ‘here’ and ‘over there’; town and nature; nature and man; object and emotion; vegetable and mineral; past and future. Huge thanks to all our co-createurs… impossible without you. Conservation, 2016 –17, will be exhibited at the Musée Gassendi, Digne until 5 November, and online here until the end of (human) time.









Cnut's causeway / Famine Wall #5


Le titre fait référence au roi anglais Cnut – reputé pour avoir voulu retenir la montée des marées en placant son trône devant elles – et aux ‘famines walls’. Construits dans les campagnes d’Irlande pendant la Grande Famine par le peuple irlandais, ce sont des murs en pierre sèche qui n’avaient pas d’usage spécifique. Il semblerait que leur construction était pour quelques colons britanniques un prétexte à donner un peu de pain à des gens qui mourraient de faim, en échange de leur travail de construction. Pour nous une oeuvre qui n’a pas de fonction en soi, mais qui peut servir à “nourrir” les gens est une interprétation pertinente de l’oeuvre d’art. Cnut’s Causeway fait référence aux barrages qui ‘domptent’ les eaux, ainsi qu’aux murs qui sont encore aujourd’hui employés pour marquer des frontières et pour essayer d’arrêter les mouvements des gens. Construite pendant une journée avec une trentaine de dignois elle sera effacée par le passage de la rivière et le passage du temps... Merci et à tous nos co-créateurs. Cnut... est un volet de notre projet Conservation.

Participatory, ephemeral land-art: one day, sixty hands, nine nationalities, and a lot of rocks.


Saturday, 26 August 2017

I care


Euphoria. Ecstasy. Elation. Elevation.
16 july 2011, gethan&myles climb Mont Ventoux. During the descent, thanks to a combination of speed (around 80km/h - who was looking?) and his famed poor posture, myles bike started to become unstuck from the road. First the front wheel became light. When he pushed on the bars to stabilise it the back wheel began to float... The bike flies. When gethan arrives at the bottom she has cramp. In her cheeks. From smiling all the way down.
Back in the good old days before the arrival of carbon frames, committed (...) cyclists used to drill holes in their frames to lighten them. Inevitably sometimes they went to far and their frame would collapse en route.
icare / mont ventoux 80km/h  is at La Friche, Marseille until 10 September.


Euphorie. Allégresse. Légèreté. Vol.
Le 16 juillet 2011, gethan&myles ont fait l'ascension du Mont Ventoux. Pendant la descente, grâce à une combinaison de vitesse (autour des 80km/h) et sa mauvaise posture renommée, le vélo de myles a commencé à décoller de la chaussée. D'abord la roue avant devient légère. Quand il la stabilise en appuyant sur le guidon la roue arrière commence à 'flotter' à son tour... Le vélo vole. Quand gethan arrive en bas elle a des crampes. Dans les joues. A force de sourire sur toute la descente.
Au bon vieux temps avant l'arrivée des cadres en carbone des coureurs cyclistes perçaient leur cadres en acier pour les alléger. Des fois ils allaient trop loin et le cadre lâcherait sur la route.
icare / mont ventoux 80km/h est à La Friche, Marseille jusqu'au 10 septembre.




['Show bikes' that we never ride are a sad thing. This bike was ridden for 30 years. Before its transformation its frame, a Vitus 979, had become dangerous / Le 'vélo-objet' qu'on regarde, au lieu de le faire rouler, est une tristesse. Ce vélo a roulé pendant 30 années. Avant sa transformation son cadre, un Vitus 979, était devenu dangereux]


Friday, 7 July 2017

CAIRN the community (so good they punned it twice)



Retour à la montagne pour la prochaine étape de notre projet participatif Conservation avec Cairn centre d'art.

Summer in the mountains for the next instalment of our participatory project Conservation with Cairn.

Monday, 1 May 2017

Poison Pen letter



Si, intervention sur l'enseigne du magasin Histoires Sans Fin (Marseille) pendant le temps entre le premier et deuxième tour des élections présidentielles.

Si, intervention on the shopfront of Histoires Sans Fin (Marseille) during the period between the first and second round of the French presidential elections.


Wednesday, 21 December 2016

Pupal bull



Many thanks to all those whose body-heat and breath brought to life our latest participatory work, The Last Swallow - Vaison, during Supervues last weekend. An ephemeral vanitas described by one visitor as "belle et dure", the only trace of the installation is Soixante Eclosions (a sheet 'painted' with drops of the butterflies' pigmented meconium), these not-wholly-satisfactory photos... and the memories of those who experienced life - and death - in a darkened French hotel room.


Merci à tous ceux qui ont - avec leur chaleur corporel et l'humidité dans leur souffle - portés à vie notre dernière oeuvre participative, The Last Swallow - Vaison, pendant Supervues ce weekend. Une vanité éphémère qu'un visiteur a décrit comme "belle et dure", la seule trace qui en reste est Soixante Eclosions (un drap 'peint' avec le méconium expulsé par les papillons), ces photos médiocres... et les souvenirs de tous ceux qui ont éprouvé la vie - et la mort - dans une chambre d'hotel obscure.





Tuesday, 1 November 2016

CAIRN the community



On vient de terminer le premier volet de notre grand projet participatif Conservation - et, pour faire les malins et embêter nos amis dyslexiques (sorry Ian) on a nommé ces rencontres/workshops Conversation. Sur deux weekends nous avons accueilli les Dignois (et leurs voisins) pour leur faire découvrir: le projet / notre démarche / nos âmes / notre sens de l'humour pourri ...et deux procédés photographiques - le cyanotype et l’anthotype. Dans les hauteurs de vieux Digne nous avons créés des cyanotypes avec des "mauvaises" herbes/plantes cueillies ensemble dans le quartier (cliquez ici pour voir une super vidéo par jazz-hands Pietro). Deux semaines plus tard, et avec l'automne tombé d'un coup, nous avons choisi nos "arbres affectifs" dans Le Traité des Arbres (1776) au Musée Gassendi pour en créer des anthotypes à base d'illustrations anciennes, de souvenirs, et de betteraves cultivées dans le coin. La durée d'exposition de ces 26 photos sera cinq mois... Les fruits de ces deux rencontres, Mauvaise Herbe et Exposition, seront visible dans deux vitrines du centre ville jusqu'au printemps. A ce moment nous retournerons à Digne sur notre cheval blanc (...camionnette noir) pour embarquer sur six mois de Conservation avec le CAIRN, les jardiniers solidaires de 'A Fleur de Pierre' et les habitants de la ville de Digne. Merci à toute l'équipe du CAIRN / du Musée Gassendi et à tous les superbes participants. A bientôt! Pour en savoir plus: www.cairncentredart.org


We've just finished the first phase of our large-scale participatory project Conservation - and, in the interests of being both smart arses and upsetting our dyslexic friends (sorry Ian) we called the encounter/workshops Conversation. Over two weekends we met the Dignois (and their neighbours) and introduced them to: the upcoming project / our work / our souls / our dodgy sense of humour… and ye olde photographic arts of the cyanotype and the anthotype. In the heights of Vieux Digne we created cyanotypes with the "bad" plantes (mauvaises herbes) we found together (click here to see a beautiful film by 'jazz-hands' Pietro). Then two weeks later and with autumn suddenly upon us, we chose our "resonant trees" in the Musée Gassendi's Le Traité des Arbres (1776) and, from ancient illustrations, memories and locally-grown beetroot we created 26 anthotypes. The exposure time of these photos will be five months... The fruit of these two encounters, Mauvaise Herbe and Exposition, will be shown in two Dignois shopfronts until the spring. At which point we shall return to Digne on our white horse (...black van) to embark upon six months of Conservation with CAIRN, the community gardeners of 'A Fleur de Pierre' and the inhabitants of Digne. Big thanks to all at CAIRN / Musée Gassendi and to all the brilliant participants. A bientôt! More info at: www.cairncentredart.org